La taxe Nutella

La taxe Nutella ou le début d’une polémique sur l’huile de palme. L’huile de palme est-elle mauvaise pour la santé ? La France a-t-elle raison de vouloir appliquer une taxe sur les aliments qui contiennent de  l’huile de palme ?

Vous trouverez ci-dessous une explication extraite de Wikipédia qui résume bien la problématique liée à la consommation de l’huile de palme.

Lien sur un article « la taxe Nutella » provenant du site www.rtbf.be

Définition Wikipédia
« L’huile de palme, extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile (Elaeis guineensis), est l’huile végétale la plus consommée au monde (25 %)1 (42 millions de tonnes sur douze mois en 2008-2009 selon l’USDA). Ingrédient traditionnel des cuisines d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie, elle est désormais surtout utilisée par l’industrie : 80 % dans l’agroalimentaire, 19 % pour les cosmétiques et 1 % pour les agrocarburants1. La moitié des aliments transformés en contiennent, car elle leur confère du moelleux et facilite leur conservation1. Mais l’huile de palme est surtout préférée pour son faible coût de production. Le rendement à l’hectare du palmier à huile est en effet dix fois plus élevé que celui du soja1. 100 kg de fruits donnent environ 22 kg d’huile2.

L’huile de palme brute est le produit végétal le plus riche en bêta-carotène, ce qui lui donne une teinte jaune orangé à rouge selon sa concentration en caroténoïdes. La cuisson détruit ces molécules : elle devient blanche après avoir bouilli plusieurs minutes. Sa richesse en acides gras saturés la rend semi-solide à température ambiante, son point de fusion se situe entre 35 °C et 42 °C.

On observe une forte croissance de la consommation mondiale qui pourrait atteindre 40 millions de tonnes en 2020, contre 22,5 millions de tonnes en 20101. Cette explosion de la demande constitue une réelle menace pour les forêts de la zone intertropicale1. Les cultures d’huile de palme telles qu’elles sont pratiquées actuellement pour la majeure partie sont les cultures ayant le plus d’impact négatif social et environnemental au monde avec le soja3. En raison de sa haute teneur en acides gras saturés après cuisson, cette huile massivement utilisée par l’industrie agro-alimentaire est aussi fortement suspectée de favoriser les troubles cardio-vasculaires chez les populations occidentales. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =